La scénographie

C’est à une immersion spectaculaire dans l’histoire, les espaces et la magie de Versailles que le public de l’exposition Le château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre est invité. Le rôle imparti à la scénographie était donc double : il lui fallait à la fois mettre en valeur les pièces exceptionnelles réunies pour l’occasion et les replacer dans leur contexte versaillais.

Offrir les mêmes sensations, le même émerveillement, les mêmes surprises que procure une visite privée dans les lieux les plus étonnants de la résidence royale : le défi était de taille ! Elle y répond tant par le traitement de l’espace et la création de décors que par l’usage varié de la lumière et la sollicitation des sens.

Le traitement de l’espace. Le choix des œuvres et leur répartition selon six thèmes évoquant chacun un lieu et une époque ainsi que la configuration des galeries du musée des Beaux-Arts d’Arras ont dicté le parcours et le rythme de l’exposition. Ainsi des espaces dilatés ont-ils été réservés à l’évocation de la grandeur des appartements d’apparat, des jardins et du parc, tandis que des volumes plus restreints ont été dévolus à celle de l’intimité des cabinets particuliers des souverains et de Trianon. Quant au vestibule central, il se prêtait à accueillir un grand effet.

Pour concevoir une mise en scène à la hauteur des œuvres exposées, beauté, cohérence et variété ont présidé au choix des éléments de décor et des matériaux : transparence et trompe-l’œil, effets de théâtre, reflets de miroirs conformes à l’esthétique baroque, images animées pour montrer les eaux jaillissantes, murs de feuillages, pavés de pierre, dallages de marbre, véritables « parquets Versailles » ...

La mise en lumière s’applique non seulement à magnifier les œuvres d’art mais aussi à recréer les atmosphères. Franche et presque brutale, elle rappelle que la clarté des Grands Appartements frappait tous les esprits à l’époque de Louis XIV ; chaude et caressante, elle permet d’évoquer la douceur de vivre des Petits Appartements ; filtrée ou rare, elle plonge le visiteur au cœur des bosquets ou des galeries hydrauliques souterraines.

La sollicitation des sens. Pour parfaire l’illusion, les sons et les parfums sont également convoqués : bruits des eaux, chants des oiseaux et souffle du vent dans les charmilles, ou encore explosions de feux d’artifices ; enfin, un couloir de senteurs évoquant les allées fleuries de Trianon conduira vers la découverte des chefs-d’oeuvre chers à Marie-Antoinette.

Scénographie de l’exposition : Frédéric Beauclair

Château de Versailles Ville d'Arras Région Nord - Pas de Calais La Région des Musées Nord-Pas de Calais Avec le mécénat de
Crédit Agricole Nord de France
Avec le soutien du groupe
Ramery